Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Description

  • : "L'Eternel D.ieu des Armées est mon Appui" Esaie 40:2
  • : GOSPEL HEBREU FRANCAIS ART ET MUSIQUE ACTUALITES FOI ARTISTE
  • Contact

Profil

  • Deborah
  • Une passion, l'amour de la musique qui exprime notre confession de foi? MAIS aussi donner le meilleur de nous-mm à tous ceux qui ont besoin d'amour, de le recevoir en le découvrant au travers de la louange au Grand D.ieu d'Israël et du monde entie
  • Une passion, l'amour de la musique qui exprime notre confession de foi? MAIS aussi donner le meilleur de nous-mm à tous ceux qui ont besoin d'amour, de le recevoir en le découvrant au travers de la louange au Grand D.ieu d'Israël et du monde entie

CHOISSISSEZ VOTRE LANGUE

    

Si vous avez aimé, cliquez ici


 

Recherche

Archives

L' ART DE LA PLUME



"On ne voit bien qu'avec le coeur,
l'essensiel est invisible aux yeux.."
St Exupéry

/ / /



Comment  je reçu d'écrire des poèmes ?
 

Il y a maintenant quatre années, alors que j'étais chez moi et que s'achevait la journée, J'entendis, montant vers mon coeur, une voix douce qui m'appelait.

Comme, étonnée, je l'écoutais, elle me dit simplement ceci :   ''Ecrit pour moi s'il te plaît!''

Le Saint Esprit quand il nous parle, n'emploie pas toujours le tonnerre Ni le mugissement des tempêtes, ni le grondement de la mer. Quand elle bouillonne de colère! Non, pas du tout, pas du tout! Mais le doux murmure d'une brise, agitant doucement les feuilles ou même un chant dont les paroles, sont un message pour notre vie...

Souvent ainsi parle l'Esprit...Et il le fait comme bon lui semble... Pour moi ce fut cette petite phrase, qu'il répéta avec douceur Jusqu'à ce que j'aille m'asseoir devant une grande feuille blanche, Ma main droite armée d'un crayon.

Mais après avoir griffonné quelques dessins, plus ou moins bons, et bien suçoté mon crayon en attendant l'inspiration, Je dis : '' tu vois bien, cher Seigneur, que je suis, hélas, incapable

De répondre à ton désir si tu ne m'inspires pas toi-même.

 

Quelques jours après je reçus l'inspiration d'un poème. Le premier d'une longue série...Tous parles du Chemin de Vie où je marche jour après jour, où parfois, hélas, je trébuche.

Mais où Jésus tu me relèves, avec Amour et patiemment, M'encourageant à avancer sans que jamais rien ne m'arrête Vers la grande lumière qui brille, là bas, très loin, à l'horizon!

 

Ces poèmes ne sont pas fait pour se languir dans un cahier, Mais pour aller courir le monde et parler aux coeur de tous ceux Qui auront envie de les lire... C'est le désir du Saint Esprit !


 




PARFUM D'AMOUR 

Dans la demeure du pharisien, tu entras sans invitation.

Et sous les regards méprisants, tu t'agenouillas devant ''Lui'', Le Fils du Dieu vivant et bon, lui, qui jamais ne te jugea Et qui t'aima telle que tu es. Savais-tu?, Myriam, savais-tu? Que tes pleurs qui mouillaient ses pieds Etaient déjà larmes de deuil versées par ton coeur amoureux. Toi qui pleura Yéchouah avant, avant qu'il ne soit cruxifié Pour le rachat de tes péchés. Avec la soie de tes cheveux parure brillante de ta beauté Tu essuyas les divins pieds, réparant l'affront qui fût fait.

Puis tu brisas le vase d'albâtre où, comme en un précieux écrin, Le parfum rare des fleurs d'orient était capturé, protégé.
Ton geste d'amour fut parfait. Et il émeut encore mon coeur,

Quand tu parfumas les doux pieds de celui qui brisera tes chaînes.

Oh Myriam, femme méprisée,Savais-tu ce que tu faisais?

 

Le jour où le vase fut brisé, tu répandis aussi le nard

Sur les cheveux de ton Seigneur...Quelle chance tu as eu Myriam

De poser tes mains sur sa tête! Ce geste d'amour infini,

Ce geste, me fait encore rêver.

 

Ce jour là, tu brisas aussi, avec le vase, ton propre coeur,

Laissant l'amour s'en échapper pour qu'il embaume ton Sauveur...

Tu es pour nous un saint exemple! Car tu as su montrer la voie

Qui mène les âmes et les coeurs sur le chemin d'adoration

En esprit et en vérité.

Oh! Toi, Myriam hamagdalit, toi qui savais si bien aimer,

J'aimerais tant te ressembler.


FIANCAILLES

J'ai mis ma tête sur ton coeur

Et écouté son doux battement

Et j'ai su, extrême bonheur,

Combien tu m'aimes cher Seigneur.

 

A mon doigt brillait un anneau

Celui que tu m'avais donné

orné d'une pierre précieuse

Étoile scintillante et pure

 

J'ai mis ma tête sur ton coeur

Et ton bras, autour de ma taille,

A la fois si ferme et si doux,

me disait que j'étais aimée.

 

Sur mon sein était le rouleau

D'un parchemin précieux et beau,

Et ta voix tendre me confiait

Tous les secrets qu'il contenait.

 

Ainsi serrée, tout contre toi,

Attentive à ton doux murmure,

J'ai découvert tes plans d'Amour

Et les oeuvres préparées pour moi.

 

J'ai tant cherché au fil des jours

à discerner toutes tes pensées

Mais je n'étais pas assez près

De Toi pour entendre ta voix

 

J'ai mis ma tête sur ton coeur

Reçu l'anneau, la kétoubah,

Qui me parlent du mariage

De Yéshoua et sa bien aimée.

 

J'ai su que mes plus chers désirs

étaient exaucés au-delà

De tout ce que j'avais rêvé

Parce que ton coeur m'avait choisie.

 

Rien ne pourra nous séparer

Ni la loi, ni l'homme, ni le mal,

Si je demeure tout près de Toi

A l'écoute de ta pensée.


Sion

 

Le jour se lève sur Sion, aube triste, pâle et froide...

Qui pleure? Qui se lamente ainsi?

Pourquoi cette pluie tombant des nues?

Pourquoi cette terrible souffrance qui broie le coeur et noie les yeux?

 

C'est l'Eternel, le plus haut, le Saint d'Israël qui pleure.

Ses bras entourent son enfant, Sion, sa fille tant aimée

Ses yeux versent des pleurs d'angoisse.

Son Amour pour elle est intact, aussi fort qu'à la création.

Mais son regard que rien ne voile connaît bien le coeur d'Israël.

Il voit toute sa rébellion, les causes de sa désespérance,

Les racines de sa souffrance : Son indifférence pour son D.ieu

Et son refus d'obéissance.

 

''Ils détournent les yeux de ma face,

Brise mon coeur par leur dureté.

Pourtant je suis prêt au pardon...

S'ils reviennent vers moi humblement

Je vaincrai moi même l'ennemi

Qui veut leur mort, leur destruction!

Et comme pour le fils prodigue,

Je leur ouvrirai mes deux bras

Et les revêtirai d'Amour...

hélas!

Tout cela les désintéresse,

Ils n'ont pas pitié de mon coeur

Le seul vrai désir de leur âme :

Etre une nation comme les autres

Et me chasser hors de leur vie!''

 

De Gaza jusqu'à Ashkalon, volent de noires flèches de haine!

La mort tombe du ciel, tuant d'innocents enfants et leur mères!

Les villes sont ouvertes à l'ennemi car ses flèches mortelles portent au loin

Le désespoir et la ruine...

Du Liban l'ennemi travaille à son oeuvre de destruction...

Et le doux coeur de Dieu se brise car il ne peut que laisser faire...

 

Mais nous les chrétiens de la terre, dont les coeurs aiment Israël

Parce qu'il est précieux à D.ieu

Elevons nos mains vers le ciel et prions de tout notre coeur

Pour la Paix en Jérusalem





Psaume 121 :  Je lève mes yeux vers les montagnes

Partager cette page
Repost0