CHOISSISSEZ VOTRE LANGUE

    

Si vous avez aimé, cliquez ici


 

Recommander

Calendrier

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>

Recherche

PROFIL

  • Deborah
  • "L'Eternel D.ieu des Armées est mon Appui" Esaie 40:2
  • Femme
  • Une passion, l'amour de la musique qui exprime notre confession de foi? MAIS aussi donner le meilleur de nous-mm à tous ceux qui ont besoin d'amour, de le recevoir en le découvrant au travers de la louange au Grand D.ieu d'Israël et du monde entie
  • Musique ART PEINTURE Culture célibataire

DESCRIPTION

LES FRUITS DE LA FOI

PALETTES DE COULEURS

LES GRENIERS DE JOSEPH

LE SCEAU MESSIANIQUE

L' ART DE LA PLUME



"On ne voit bien qu'avec le coeur,
l'essensiel est invisible aux yeux.."
St Exupéry

LOUANGES POUR LUI...

Images Aléatoires

  • LA-FE-TE-DE-SOUCCOTF4169.jpg
  • Centre Ville COLMAR
  • COQUELICOT-EINGEDI.jpg
  • LA-FE-TE-DE-SOUCCOTF4178.jpg
  • Centre Ville COLMAR

SYNDICATION

  • Flux RSS des articles

Créer un Blog

Samedi 4 septembre 2010 6 04 /09 /Sep /2010 09:00

 

 

islam-burka

NE PAS SE VOILER LE VISAGE

vendredi 27 août 2010, par Suzanne Millet


 

La burka, le voile sur le visage, est-il pour les femmes un signe religieux ou un esclavage ?

Jeudi après midi, au shouk (marché) de la capitale du Néguev, Beér Sheva des centaines de femmes bédouines arrivent faire leurs emplettes en vue de la fin de la semaine ; quelques dizaines seulement portent le voile sur le visage. Ces dernières ne parlent pas aux hommes mais seulement aux femmes des villes proches ou de leur village. Quand la journaliste veut les aborder, elles disparaissent. Elles ne sont pas intéressées de parler de leur tenue et encore moins d’être photographiées. Le voile noir domine mais il y a aussi des voiles violets ou gris.
(Des jeunes femmes de stricte observance se couvrent aussi les mains).

 

La journaliste rencontre un fonctionnaire bédouin qu’elle savait laïque, appartenant à la tribu El-Azzma située au sud de Beershéva et au nord du Sinaï. Lui-même a entamé la conversation sur le sujet pour dire qu’une jeune femme religieuse ne peut pas sortir le visage nu parce qu’elle croit qu’une femme doit sortir voilée. « C’est interdit de faire une loi contre le port du voile parce que cela créera une opposition entre la population bédouine et l’Etat. Ma fille a décidé de porter le voile. Je l’ai accompagnée à l’hôpital, le gardien a voulu qu’elle ôte son voile du visage pour l’identifier ; ma fille a refusé et a demandé qu’une gardienne vienne pour l’identifier. C’est ce qui a été fait. »

 

Dans la société bédouine on voit apparaître de plus en plus de femmes qui se voilent le visage. « Elle voit et elle n’est pas vue… allure angélique, secrète etc. » La multiplication de ces femmes voilées de noir provoque la suspicion. On ne peut voir qui elles sont, elles se cachent derrière une apparence. Est-elle belle ? laide ? terroriste ? innocente ? âgée ? Ne serait-ce pas un homme ? Dans les quartiers populaires de Beershéva, on voit chaque jour des centaines de femmes bédouines couvertes d’un voile, formule islamique la plus stricte. A côté, des femmes bédouines modernes conduisant des voitures privées ; elles ne diffèrent en rien des femmes juives autour d’elles.

 

On voit des femmes voilées à l’université Ben Gourion de Beershéva, dans les grands canyons, dans les séminaires pour professeurs, au marché, dans la ville. Ce phénomène inquiète Marina Solodkin, membre de la Knesset du parti Kadima. En juillet, elle a présenté une proposition de loi à la Knesset qui interdit de se voiler le visage dans les lieux publics. Il est temps, selon elle, de suivre l’exemple de la France, de la Belgique, qui ont voté cette loi. Selon cette proposition de loi, il y aura une amende de 500 shekels ou un mois de prison pour toute personne qui se voile le visage dans un lieu public et que l’on ne peut identifier. Les personnes qui ne veulent pas l’enlever auront 1000 shekels d’amende ou 6 mois de prison. Des membres de la Knesset ont trouvé cette proposition trop dure.

 la burqa galerie principal

 

Pour Marina Solodkin, on ne peut parler d’égalité de la femme quand elle est habillée ainsi. Miri Reguev, membre de la Knesset (Likoud), soutient cette proposition : « Il est temps de faire savoir que cette coutume s’étend de plus en plus et devient une contrainte. Ce phénomène convient aux contrées extrémistes où la femme n’a aucun droit de décider comment s’habiller. On lui permet tout juste de respirer. C’est contre toute liberté individuelle. »

 

« Cette loi est superflue » dit un membre de la Knesset, Taalev A-Saana, habitant de la ville bédouine de Lakiya. « Si une femme veut porter la burka, on n’a pas à intervenir d’autorité dans sa vie privée et écraser sa volonté. Il y a assez de raison de conflits par ailleurs. Cette loi touche un large public et pas seulement celles qui portent le voile. Il faut respecter la volonté de l’autre, sa sensibilité à la situation religieuse dans le Moyen Orient qui est le lieu d’origine des religions et des prophètes. Il faut qu’ici la tolérance règne et non l’extrémisme. Je suis contre cette loi qui ne fait rien avancer. »

 

Le professeur Dror Zaavi, maître de conférence dans le département du Moyen Orient à l’université Ben Gourion, explique : « Le port du voile n’est mentionné ni dans le Coran, ni dans les sources plus tardives. Il semble que ce soient des jeunes filles de situation élevée qui ont tendance à se couvrir la tête et le visage, et cela s’est répandu dans les autres couches de la société. On peut trouver la justification du voile dans les paroles du prophète Mahomet ; en effet, selon la tradition, ses femmes devaient se couvrir en présence d’un étranger. Cela n’a été mentionné dans aucune sourate. »

 burka

 

Le docteur Habib Abou Reviya, conférencier et chercheur en droit islamique, confirme qu’il n’y a aucune obligation dans l’islam à porter la burka. Il y a seulement les enseignements des sages conseillant aux femmes de s’habiller avec modestie et de ne pas attirer l’attention des hommes. Selon la tradition, les femmes, et en particulier les femmes mariées, ont l’habitude de revêtir la burka qui couvre le nez et la bouche mais non le reste du visage. Le mot burka était utilisé par les vieilles Bédouines à propos du voile noir dont les femmes mariées se couvraient. Aujourd’hui, selon la mode, il y a différentes utilisations de la burka et les femmes se voilent le visage sans connaître les fondements de la religion. C’est une contrefaçon sans sources connues. » 

 


Selon ce même chercheur Abou Reviya, des femmes utilisent la burka pour séduire : elles se couvrent tout le visage et un peu les yeux qu’elles maquillent pour mieux attirer les hommes, ce qui est contre la loi islamique.

 

Pour le Cheik Hamad Abou Daves, responsable de la section sud du mouvement islamique en Israël, il y a deux doctrines, l’une conservatrice disant que la charia oblige à mettre la burka, l’autre plus libérale, que la charia le permet. Mais le dénominateur commun de ces deux doctrines c’est qu’il est interdit d’empêcher le port de la burka. Dans cette société conservatrice, la religion va adopter la doctrine la plus contraignante.

 

Le professeur Zaavi : « En Israël on a cherché à faire vivre ensemble religieux et laïques et c’est pour cela que le port du voile avait été accepté, comme une partie évidente de la vie publique à laquelle il ne faut pas toucher. Chez les Bédouins du Néguev, il y a pluralisme. La population est dans une époque de transition. Une partie est très évoluée, l’autre très stricte, conservatrice. »

 burka2.jpg

 

« Je conseille » dit le Cheik Abou Daves, « de donner le choix à chaque Bédouine et non pas d’interdire le voile par une loi. Actuellement il n’y a que 10% de femmes qui ont le visage voilé. Si l’Etat érige une loi contre le voile, cela va soulever toutes les femmes bédouines contre l’Etat. Ce n’est pas sage. De toutes façons le modernisme attire les femmes à plus d’ouverture. Celui qui pense que la femme musulmane porte la burka parce qu’elle n’est pas libre, se trompe. Elle décide que c’est sa voie et toi tu l’obliges à faire autrement. Cette loi est superflue. Elle renforcera la contrainte religieuse de porter la burka et, de plus, elle créera des ennuis au mari qui se verra condamné à une amende s’il n’oblige pas sa femme à enlever le voile. En fait, en Israël, quand il y a besoin d’identifier une personne, on lui demande d’enlever son voile une minute. »

 

(Traduction libre d’un article de Uri Binder dans Maariv du 18.7.2010)

Si, d’après cet article, cette proposition de loi d’interdire le port de la burka dans les lieux publics ne convient pas à la société bédouine, il semble cependant que parmi les Arabes israéliennes musulmanes de Galilée et d’Israël en général, cette loi libèrerait des jeunes femmes obligées par l’environnement musulman de porter le voile.

Pour les mêmes raisons de liberté individuelle, les uns sont pour cette proposition de loi, les autres contre.

 

http://www.un-echo-israel.net/

 

 

 

 

Par Deborah & France - Publié dans : ACTUALITE ET SANTE - Communauté : VOTRE ACTUALITE A LA UNE !
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés