Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Description

  • : "L'Eternel D.ieu des Armées est mon Appui" Esaie 40:2
  • : GOSPEL HEBREU FRANCAIS ART ET MUSIQUE ACTUALITES FOI ARTISTE
  • Contact

Profil

  • Deborah
  • Une passion, l'amour de la musique qui exprime notre confession de foi? MAIS aussi donner le meilleur de nous-mm à tous ceux qui ont besoin d'amour, de le recevoir en le découvrant au travers de la louange au Grand D.ieu d'Israël et du monde entie
  • Une passion, l'amour de la musique qui exprime notre confession de foi? MAIS aussi donner le meilleur de nous-mm à tous ceux qui ont besoin d'amour, de le recevoir en le découvrant au travers de la louange au Grand D.ieu d'Israël et du monde entie

CHOISSISSEZ VOTRE LANGUE

    

Si vous avez aimé, cliquez ici


 

Recherche

Archives

L' ART DE LA PLUME



"On ne voit bien qu'avec le coeur,
l'essensiel est invisible aux yeux.."
St Exupéry

21 décembre 2015 1 21 /12 /décembre /2015 11:05
william TINDALE

william TINDALE

N’aie donc pas honte de rendre témoignage... Mais souffre avec moi pour l’Evangile, comptant sur la puissance de Dieu...”
2 Timothée 1.8

William Tyndale est connu comme le premier traducteur de la Bible en anglais courant. Théologien doué d’un talent peu commun pour les langues (il parlait si bien 8 langues, dont le grec et l’hébreu, que beaucoup se demandaient laquelle était sa langue maternelle !), mais traité d’hérétique, il quitta l’Angleterre, pour continuer son travail de traduction de la Bible, rejoignit Martin Luther et travailla un temps à ses côtés.

Trahi par l’un de ses amis, il fut arrêté par des hommes de main du roi Henry VIII et condamné à mort à l’issue d’un procès à peu près aussi équitable que le procès de son maître, le Seigneur Jésus ! Il fut étranglé avant d’être brûlé sur un bûcher à Vilvoorde en Belgique.

Pendant son emprisonnement précédant son exécution Tyndale poursuivit ses études, avec la même détermination que Paul en prison à Rome (Lisez 2 Timothée 4.13). Il décrit ainsi ses conditions de détention : “Je souffre gravement du froid, et je suis affecté par une bronchite aigüe, aggravée par l’humidité de mon cachot. J'aurais besoin d'un habit plus chaud, car celui que je possède est très mince. Il me faudrait un pardessus plus épais. Je sollicite aussi de votre part la permission d'avoir une lampe le soir, car il m'est fastidieux de m'asseoir seul dans les ténèbres pendant les longues veilles de l'hiver. Mais ce que je vous demande pardessus tout, c'est une Bible hébraïque et un dictionnaire hébreu, afin que je puisse passer mon temps à étudier.”

Ayant obtenu la Bible, il continua son travail jusqu’à son dernier jour. On raconte que ses dernières paroles furent : “Seigneur, daigne ouvrir les yeux du roi d'Angleterre !” Cette ultime prière fut exaucée deux ans plus tard. Recueillant sa traduction faite en prison, les amis de Tyndale la complètèrent et la firent imprimer. Comme il aurait été beaucoup trop dangereux d'indiquer le nom du traducteur sur la page de garde cette édition fut désignée comme la “Bible de Matthieu” d’après le prénom de l'imprimeur.

En 1538, un exemplaire en fut remis au roi Henri VIII. Bouleversé par la beauté du texte et la profondeur de son message, le monarque décréta que cette Bible devait être lue “dans toutes les paroisses d'Angleterre”. Ce que beaucoup ignorent encore aujourd’hui c’est que 90% de la célèbre King James (version du Roi James), encore très répandue dans les milieux anglo-saxons, est en fait la traduction de William Tyndale ! Cet érudit était avant tout un croyant qui n’avait jamais eu honte de porter témoignage de sa foi et qui accepta de souffrir pour l’Evangile jusqu’au martyre !

 

Source  : http://saparole.com/

William TINDALE

William TINDALE

Je suis émerveillée par la puissance de D.ieu pour susciter de tels hommes aussi consacrés, qui ont souffert à cause de leur détermination, de leur foi, et qui nous ont laissé ce trésor inestimable, LA PAROLE DE D.IEU.

Il faut dire que la traduction de la version KING JAMES est une des meilleures.

Quel travail de fourmi, on a apprendre d'une telle consécration au travers de la souffrance !

 

Déborah

Partager cet article
Repost0

commentaires